Table des matières

Design d’un logo 8 | Affinity Designer & composés

Etape 1 : préparation

Ces étapes sont facultatives, mais elles aident beaucoup pour réaliser le logo 8 ; il serait vraiment dommage de s’en priver 😉

Repérer les formes : 3 cercles

L’observation en premier ! Eh oui, de l’eau a coulé sous les ponts mais je n’ai pas changé ! En tant que professionnel du monde de la création graphique, il nous faut aiguiser notre regard pour décomposer les objets en formes simples, comprendre leur organisation et ainsi pouvoir les reproduire.

Donc, voici le modèle :

Modèle logo 8 tourbillonnant

Maintenant, copie cette image sur ton plan de travail dans Affinity Designer, et essaye de placer par dessus les formes que tu peux y repérer.

Allez allez, fais-le vraiment, et … fais le avant de regarder la solution ! Namého !

Bon allez, je te fais confiance, voici la solution (enfin, ce que j’ai noté moi-même, mais j’ai pu louper des choses, je n’ai pas la science infuse ;)) :

Slider avec et sans les formes simples

Nous avons donc deux grands cercles qui se chevauchent, dans lesquels on peut voir les deux petits cercles vides au centre de chaque grand cercle.

On y repère aussi des cercles « moyens » qui vont d’un bord du grand cercle au bord opposé du petit cercle vide.

Ces cercles sont au nombre de 3/4 par grand cercle et forment des sortes de demi-lune qui pivotent autour du petit cercle pour donner cet effet de tourbillon.

On a enfin un S inversé qui passe devant le reste du 8.

(Oui, c’est plus clair avec l’image que le texte, je suis d’accord, mais bon je voulais être bien sûre de te partager tout ce que je voyais ;))

Bon, ça c’est fait ✅

Mettre en mode contour

Le mode contour, c’est quelque chose de bien pratique quand on veut vérifier les alignements des différents objets vectoriels. Oui, évidemment mais je précise quand même, si tu mets une image matricielle (en pixels) dans Affinity Designer et que tu actives le mode contour, tu aura juste le contour de l’image et pas des choses visibles sur l’image 😉

Bouton pour activer le Mode d’affichage Contour

Pour l’activer, il faut aller dans la barre d’outil (sous la barre de menu où on trouve Fichier, Edition, Calque…), dans le groupe des trois modes d’affichage :

  • Mode d’affichage Pixels
  • Mode d’affichage Pixels (Retina)
  • Mode d’affichage Contour << c’est lui !!

Ce mode est activé quand le « bouton » est en gris foncé (comme appuyé) et pour le désactiver il faut recliquer dessus. Le bouton redevient alors gris clair (comme sur la capture ci-dessous).

TIPS :
le Mode d’affichage Contour

Les modes d’affichages s’appliquent sur tous les objets du plan de travail. Le Mode d’affichage Contour est un mode d’affichage, donc, par définition, non destructif. C’est à dire que l’activer ne change pas les propriétés de traits et remplissages des différentes courbes du plan de travail. Si tu exportes ton 8 rempli avec les dégradés et tout et tout, en étant en Mode d’affichage Contour, tu aura bien une image du 8 avec les dégradés (même si à l’écran tu le vois en mode Contour).

Le mode d’affichage Contour d’Affinity Designer

Activer le magnétisme

Le magnétisme permet d’aligner les objets facilement : dès qu’on rapproche un objet proche d’un point de repère, celui-ci va faire comme un saut pour aller s’aligner sur le point de repère. Différentes options à cocher permettent d’accrocher les objets à différents éléments : pixels, grilles, repères (comme le milieu du plan de travail), autres objets, etc..


Pour activer le magnétisme, il faut appuyer sur le bouton Magnétisme de la barre d’outils (sous la barre de menu). Lorsque le bouton est gris foncé il est activé.

Pour réaliser le 8, on veillera, en dépliant les options du magnétisme (petite flèche qui va vers le bas à droite), à avoir ces options cochées :

  • Accrocher aux cadres de sélection de l’objet
  • Accrocher aux points clés de la forme
  • Accrocher à la géométrie de l’objet

Créer un repère simple

Nous aurions pu utiliser les grilles pour cela, mais le temps de le paramétrer, je trouve plus simple de se créer un petit repère tout simple avec juste deux traits perpendiculaires.

Tracer le repère à la plume avec Maj enfoncé pour faire un trait vertical

Pour cela, on utilisera la Plume (dans le Panneau Outils à gauche du plan de travail) :

  • On clique n’importe où à gauche pour placer le premier Nœud du trait horizontal
  • On maintient Maj enfoncé pour déplacer le futur nœud le long d’une ligne horizontale (apparaît alors une ligne jaune clair pour montrer comment serait la courbe)
  • Arrivé assez loin, avec toujours Maj enfoncé, on clique. Le deuxième Noeud de la courbe horizontale est placé.
  • Faire Ctrl + D pour désélectionner la courbe horizontale
  • Cliquer n’importe où au dessus de la courbe horizontale vers le milieu pour placer le premier Noeud du trait vertical
  • On maintient Maj enfoncé pour se déplacer le long d’une ligne verticale (eh oui, toujours pareil)
  • Arrivé assez loin sous la courbe horizontale, on clique.
  • Tadaaam c’est fini !

Au lieu de recréer une seconde courbe pour faire la courbe verticale, nous aurions pu faire autrement. Une idée ?

Etape 2 : créer les cercles

On a vu que le 8 était créé à partir de 3 cercles, on a tout mis en place pour travailler dans de bonnes conditions, donc c’est parti ! 😀

Le grand cercle

En sélectionnant l’outil Ellipse dans le Panneau Outils :

  • Placer le curseur à l’intersection des deux courbes du repère ;
  • Maintenir Maj enfoncé pour que l’ellipse formée soit aussi haute que large (ça sera donc un… cercle ! Oui tu as bien suivi eheh), et Ctrl enfoncé aussi pour que le cercle s’agrandisse autour de son centre (qui est aussi le centre du repère puisque c’est là que tu va cliquer dans 3..2…1) ;
  • Cliquer (en maintenant toujours Maj et Ctrl) et étirer vers un côté jusqu’à ce que le cercle atteigne la taille souhaitée (pour rappel, ce cercle correspond à l’extérieur d’une des deux boucles du 8).

Le petit cercle

Refaire la même opération que pour le grand cercle, exactement, sauf qu’à la dernière étape on agrandira beaucoup moins le cercle, puisque c’est bien le petit cercle qu’on fait cette fois ;p

Le cercle moyen

Pour le cercle moyen, on va faire un peu différemment puis qu’il n’est pas centré sur le repère comme les deux autres.

Glisser la poignée du milieu à droite du cadre de sélection jusqu’au bord droit du petit cercle (avec et sans mode contour)
  • Sélectionner le petit cercle.
  • Le dupliquer avec Ctrl+C et Ctrl+V.
  • Le déplacer le long de l’axe horizontal vers la gauche pour que son bord gauche soit collé au bord gauche du grand cercle.
  • Maintenir Maj enfoncé pour qu’il conserve sa forme de cercle (mais pas Ctrl puisqu’on ne veut bouger qu’un côté).
  • Cliquer et glisser la poignée du milieu à droite du cadre de sélection du futur cercle moyen jusqu’à ce que son bord droit soit collé au bord droit du petit cercle

Etape 3 : utiliser l’origine de transformation et le « dupliquage magique » Ctrl+J

Pour faire la rotation autour du petit cercle, il va falloir modifier l’origine de transformation du cercle moyen. Une fois l’origine de transformation du cercle moyen placée au centre du petit cercle, nous pourrons le dupliquer avec Ctrl+J et incrémenter une rotation.

Activer l’origine de transformation du cercle moyen

L’origine de transformation c’est le point autour duquel l’objet va tourner. Il peut être placé n’importe où à l’intérieur de l’objet (à ce moment l’objet va tourner sur lui même) ou à l’extérieur de l’objet pour faire une rotation plus ample.

Activer l’origine de transformation

Pour la rendre visible (= l’activer), il faut cliquer sur le bouton Activer origine de transformation qui se situe dans la Barre d’outil contextuelle (celle qui change selon l’outil activé) des outils suivants :

  • Outil déplacer (V)
  • Outil Nœud (A)
  • Outils Rectangle, Ellipse, Rectangle arrondi et autres (M)

Pour réaliser le logo du 8, il te faut activer l’origine de transformation du cercle moyen. Là, maintenant, tout de suite ! Fini la lecture, un peu d’action ! 😀

Modifier l’origine de transformation du cercle moyen

Maintenant que tu as activé l’orgine de transformation du cercle moyen, tu vas pouvoir l’attraper avec ta petite souris pour la faire glisser au centre du petit cercle (quoi ? une orgine s’est glissée par l’origine ? ahah c’était pour voir si tu suivais).

Si tu ne la vois pas, c’est l’espèce de petite cible qui se trouve, par défaut, au centre du cercle moyen (elle est toujours, par défaut, au centre de chaque objet pour qu’on puisse les faire pivoter sur eux-mêmes facilement).

C’est bon ? Non je ne te mets pas d’image cette fois, je te laisse un peu d’autonomie tout de même ! Mais je reste disponible si tu as besoin d’aide 😉

et maintenant….

C’est l’heure du du-du-du-du-du-duplicage magique *.*

(Si tu n’as pas la référence, c’est Yu Gi Oh ! :p Je t’excuse ne t’en fais pas)

Bon, on est d’accord, « duplicage magique » ça fait kitch (et pas français) mais bon je ne savais pas comment appeler ça simplement (copie avec incrémentation c’est mieux ?). L’important, c’est ce que ça permet de faire, n’est-ce pas 😉 Mais je reste ouverte aux suggestions ahah ! En anglais, Serif parle de « power duplicate ».

Pour créer les autres cercles moyens, on ne va pas s’embêter :

  • sélectionner le cercle moyen dont on a déplacé l’origine de transformation précédemment
  • faire Ctrl + J
  • maintenir Maj enfoncé pour que la rotation se fasse par « crans » de 15°
  • à l’aide de la poignée de rotation, pivoter le nouveau cercle moyen qui vient d’être créé (et automatiquement sélectionné) de 90° vers la droite
  • faire Ctrl + J
  • refaire Ctrl + J

Tadaaam maintenant nous avons 4 cercles moyens disposés autour du petit cercle central 😀

PS : Oui, tu as bien vu qu’on a au final 4 cercles moyens au lieu de 3. Il est finalement plus simple et rapide de profiter de Ctrl + J puis de supprimer le cercle de droite qui est en trop 😉

TIPS :
le Duplicage magique Ctrl + J

Attention, si après avoir dupliqué un objet avec Ctrl + J pour incrémenter une transformation tu désélectionne l’objet (ou en sélectionne un autre par mégarde), l’ « enregistrement » de la transformation sera perdu et le Ctrl + J suivant ne fera que dupliquer l’objet sans le transformer.

Il faudra donc supprimer la copie loupée, refaire Ctrl + J à partir du premier objet, transformer cette nouvelle copie puis faire Ctrl + J pour créer une autre copie qui sera automatiquement transformée.

De même, en modifiant la taille ou les proportions et la rotation, la position de l’origine de transformation est aussi impactée par la copie incrémentée (sauf si on désactive l’origine de transformation).

Les transformations possibles sont : modification de taille, retournement, rotation, déplacement, changement dans les proportions

Exemple de réalisation basée sur l'origine de réplication et le Ctrl + J
Exemple de réalisation basée sur l’origine de réplication et le Ctrl + J

Allez, maintenant on va attaquer les choses sérieuses. Si tu veux faire une pause, c’est maintenant !

Etape 4 : un concepteur de forme sur Affinity Designer ?

Tu as entendu parlé (ou utilisé ?? la puissance) du concepteur de forme d’Illustrator ? Et tu as aussi déploré (ou entendu déplorer) qu’il n’y était pas dans Affinity Designer… et puis tu as entendu Serif répondre :

« Hey ! Mais il n’y en a pas besoin, on a mieux : le composé et les booléennes ! »

L’équipe Serif*

* non, ils n’ont pas réellement dit/écrit ça, je te l’accorde, j’ai juste un peu extrapolé 😀

PS : j’abuse peut-être un peu avec les GIFs ? ^^’ j’avoue, je viens juste de découvrir comme c’était facile à insérer par rapport à il y a deux ans donc je m’éclate hihi

Bon, eh bien maintenant, tu va juger si les outils d’Affinity Designer rivalisent réellement avec le concepteur de forme d’Illustrator.

L’opération booléenne Diviser…

… ou la catastrophe ambulante ! Non sérieusement, ça fonctionne plutôt bien avec deux courbes. Mais si on en met trois ça devient le b*rdel. Alors 5 (3 cercles moyens + 1 petit cercle + 1 grand cercle), laisse tomber…

J’ai quand même voulu tester. Alors sur les trois essais :

  • ça me fait un b*rdel sans nom avec une multitude de petits bouts de traits et des nœuds de partout
  • ça fait crasher Affinity instantanément
  • ça me refait n’importe quoi

Juge plutôt :

L’opération booléenne XOR

Celle ci fonctionne très bien dans notre cas. Pour rappel, les opérations booléennes se trouvent dans la barre d’outil :

Donc cette fois, pour créer le logo 8 tourbillonnant, nous allons :

  • Supprimer le cercle moyen de droite
  • Dupliquer le petit et le grand cercle
  • Sélectionner les 5 cercles : une copie du petit cercle, une copie du grand cercle et les trois cercles moyens restant (maintenir Ctrl enfoncé pour sélectionner plusieurs calques) – on laisse une copie du grand et petit cercle pour la suite
  • Faire l’opération booléenne Xor (en cliquant sur son bouton dans la barre d’outil)
  • Activer l’outil Nœud et sélectionner tous les nœuds de la courbe résultante de Xor
  • Faire l’action Ouvrir la courbe (qui va s’appliquer au niveau de chaque nœud sélectionné, donc tous, c’est normal)
  • Faire le ménage en supprimant toutes les mini-courbes qui ont été créées (tous les ronds rouges que l’on voit dans le panneau Calques de l’image « Résultat de l’action Ouvrir la courbe »)

Voilà, une bonne étape de faite. Maintenant, souffle un peu, on va continuer.

Rien de bien compliqué mais c’est un peu long.

  • sélectionner les bouts de courbe du croissant et supprimer les nœuds en trop
  • sélectionner les bouts de courbe de la moitié de s inversé
  • Sélectionner les bouts de courbe du demi croissant du bas et supprimer les nœuds en trop

Nous allons maintenant créer les premières formes du tourbillon, grâce à tous les morceaux de courbe (propres) qu’il reste de notre travail précédent 🙂

  • Sélectionner les bouts de courbe du croissant de gauche (en maintenant Maj et en cliquant sur les bouts de courbe) et supprimer les nœuds en trop (peut-être que toi ça ne t’en fera pas en trop)
  • Faire Ctrl + J pour dupliquer facilement
  • Dans la barre d’outils contextuelle, faire l’action « Relier les courbes » puis « Fermer la courbe » : le premier croissant est fait ! Tu peux le placer en dernier dans le panneau Calques pour ne pas qu’il te gène pour la suite.
  • Sélectionner les bouts de courbe de la moitié de S inversé (et supprime les nœuds en trop si tu en as !)
  • Faire Ctrl + J pour dupliquer facilement
  • Dans la barre d’outils contextuelle, faire l’action « Relier les courbes » puis « Fermer la courbe » : la moitié de S inversé est fait aussi ! Pareil que l’autre, je te conseille de le placer tout en bas des autres calques.
  • Pour mieux y voir, tu peux colorer les deux courbes créées en inversant Trait et Remplissage par exemple. (je te fais confiance, tu va trouver comment faire 😉 )
  • Sélectionner les bouts de courbe du demi croissant du bas et supprimer les nœuds en trop (si tu en as)
  • Pas besoin de dupliquer cette fois puisque c’est le dernier morceaux dont on a besoin.
  • Faire le ménage en supprimant les bouts de courbe qui n’ont pas été utilisés.
  • Tu peux remplir les différents morceaux avec différentes couleurs si tu veux, pour le fun 😉 moi je l’ai fait pour bien que tu puisses voir les formes que nous avons créé.

Pour finir, on en revient aux deux cercles dupliqués avant les étapes du XOR :

  • Placer (si ce n’est pas déjà le cas) le calque du petit cercle au dessus du calque du grand cercle dans le panneau calques
  • Sélectionner les deux cercles
  • Cliquer sur le bouton de l’opération booléenne « Soustraire »
  • Placer la courbe résultante en dessous des courbes obtenues avec le XOR et la remplir avec une couleur.

Tadaam !

Vive l’arc-en-ciel 😀

Le composé (« compound » en anglais) : des opérations booléennes non destructives

… et pourquoi nous n’utiliserons pas le composé ici.

Les composés proposent une approche flexible de la création de formes à partir d’objets distincts à l’aide d’opérations booléennes.

Créer un composé est une opération non destructive, ce qui n’est pas le cas lorsque vous reliez des objets. Cela signifie qu’un composé peut à tout moment être complété ou « éclaté ». Vous pouvez aussi supprimer et modifier les objets du composé sans restriction, si et quand vous le souhaitez.

Les objets d’un composé interagissent les uns avec les autres en fonction de leur mode composé individuel. Vous pouvez à tout moment changer de mode ; chaque mode peut être prévisualisé en temps réel au moment de la sélection.

Site d’aide de Serif

Donc, ce qui est important de retenir ici, c’est bien que ces opérations sont non destructives : on va l’utiliser surtout dans une phase de recherche, quand on a besoin de tester différentes combinaisons, différents effets, etc.

Or, ici, nous n’avons pas besoin de tester puisque nous savons déjà à quoi ressemblera le résultat ; et c’est d’ailleurs pour ça qu’il fallait bien analyser le modèle au début 😉

L’utilisation du composé, dans notre cas, rajoute des étapes… mais tu es libre de tester ce que ça donne avec eheh !

Etape 5 : ajouter les dégradés

Nous avons donc un cercle composé de 4 courbes : le demi-croissant vert, le croissant rose, le croissant bleu (qui est en fait l’anneau complet en fond) et la moitié de S en jaune.

Si besoin, voici un fichier de travail tout prêt pour commencer à partir de cette étape :

>> Clique ici pour lancer le téléchargement <<

Placer les dégradés et choisir le type de dégradé

Nous allons leur appliquer des dégradés pour avoir un aspect de volume (tout en gardant la couleur de chaque courbe pour mieux se repérer ;)) :

Petite vidéo de l’application des dégradés sur les formes
  • Sélectionner le croissant rose
  • Activer l’outil Remplissage
  • Cliquer sur un bord du croissant et relâcher le clic à l’autre bord : cela créée un dégradé linéaire (par défaut) avec des couleurs choisies automatiquement, qui se rapprochent de la couleur de remplissage d’origine de la courbe
  • Régler le type de dégradé sur « Radial » à l’aide du menu déroulant dans la barre d’outil contextuelle
  • Déplacer le dégradé en déplaçant la couleur la plus claire (par défaut) et agrandir/rétrécir/orienter le dégradé en déplaçant la couleur la plus foncée (par défaut)
  • Changer la couleur la plus foncée en cliquant sur la poignée foncée du dégradé, puis double-cliquer sur le remplissage (panneau Echantillons sur la droite en haut) pour pouvoir choisir la nouvelle couleur
  • Changer la couleur la plus claire de la même façon
  • Modifier la transition entre les deux couleurs en déplaçant le trait au milieu du dégradé sur le plan de travail

Répéter ces opérations pour les trois autres courbes.

Modifier les couleurs de dégradé des 4 courbes en même temps… sans détruire l’orientation et la position des dégradés de chaque courbe !

Maintenant, pour que ça ressemble au modèle, on va modifier les couleurs de tous les dégradés en même temps :

  • Activer l’outil remplissage (1)
  • Vérifier que tous les types de dégradés sont identiques (linéaire, radial ou elliptique etc.) sinon ça ne fonctionnera pas 😀
  • Sélectionner les 4 courbes (2)
  • Cliquer sur le rectangle de couleur dans la barre d’outil contextuelle (3) : une fenêtre de « remplissage » s’ouvre
  • Cliquer sur la poignée de couleur claire (4) dans cette fenêtre : le dégradé s’applique aux 4 courbes
  • Double-cliquer sur le rectangle de couleur dans la fenêtre de « remplissage » (5)
  • Choisir la couleur de remplacement dans la nouvelle petite fenêtre de sélection de couleur qui s’est ouverte : la couleur se met à jour en temps réel sur les courbes du plan de travail
  • Répéter l’opération pour la couleur plus foncée (en cliquant sur la poignée de couleur foncée, etc.)

Appliquer un dégradé sauvegardé (Echantillon)

Une autre méthode, si tu as déjà sauvegardé un dégradé dans tes échantillons, est d’appliquer directement ce dégradé sauvegardé :

  • Après avoir sélectionné les 4 courbes et cliqué sur le rectangle de couleur dans la barre d’outil contextuelle (étape 3 précédente)
  • Activer l’onglet Echantillons dans la fenêtre de « remplissage »
  • Cliquer sur le dégradé enregistré

Etape 6 : finir le 8

On y est presque !! Encore un tout petit effort 😀

Préparer le S du premier plan

Pour éviter les erreurs lors de l’addition des deux moitiés du S inversé du premier plan, activer l’outil Nœud et bomber légèrement la partie rectiligne vers l’extérieur (pour qu’elle devienne convexe donc !).

Créer la partie basse du 8

Etapes pour créer la partie basse du 8 (vidéo)

La partie basse du 8 n’est qu’une copie de la partie haute retournée. Donc :

  • Dupliquer les 4 courbes
  • Pivoter de 180° les courbes dupliquées (elles sont sélectionnées suite à la duplication donc il n’y a rien à faire)
  • Les déplacer vers le bas pour que les deux anneaux se chevauchent parfaitement (en mode contour si besoin)

Finir la courbe en S du premier plan : Addition booléenne

On y est vraiment presque !!

  • Sélectionner les deux moitiés de S inversés
  • Les additionner avec l’opération booléenne
  • Placer le S inversé qui en résulte au premier plan

TADAAAAAA !

Allez maintenant on souffle, on partage le résultat dans le groupe Facebook et zou ! 😀

Bravo d’être arrivé jusqu’à la fin ! Si tu as des question n’hésite pas à les poser, que ce soit ici en commentaire ou sur le groupe 😉

A bientôt <3

Et si tu penses que ça peut intéresser tes amis ou ta famille, n'hésite pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.